Jardin Alexina

Jardin botanique et pédagogique

Outil d’éducation à l’environnement
D’une superficie de 3000 m 2, le jardin est situé au coeur de la commune du Gosier, entre la zone urbaine du bourg et la forêt marécageuse de belle plaine. L’entrée se trouve côté bourg. Ce jardin peut contribuer à la protection et à la préservation du patrimoine naturel de la ville du Gosier. Il peut servir de refuges pour des espèces qui tendent à disparaître dans les milieux anthropisés.

Présentation du jardin

C’est un jardin naturel, gérée de manière différenciée, où on met en oeuvre des techniques douces et respectueuses du milieu (binage, paillage, engrais naturels, pas de produits phytosanitaires). C’est un véritable observatoire de la biodiversité.

Ce jardin est très fonctionnel pour des visites guidés car bien desservit en termes de cheminements piétons , pour découvrir la diversité floristique et la faune qui y sont associées. Le long de ses cheminements, mis en valeur par des plantes, on découvre environ cent cinquante espèces de plantes clairement identifiés et dont certaines sont signalées par des panneaux (famille, nom de genre et espèce et nom vernaculaire) : arbres fruitiers, plantes aromatiques, plantes des potagers, plantes ornementales, plantes vivrières, plantes médicinales. Ces plantes sont à des stades de développement différents; donc fleurs et fruits sont à découvrir et à admirer. Des plantes venant d’autres îles du caraïbe, de France, d’Afrique, d’Inde s’y épanouissent également.

On découvre aussi une ruche avec des abeilles, participantes actives du maintien de la diversité floristique. Une mare avec sa faune (avifaune) et flore adaptés. Il y a également une pépinière pour assurer la conservation donc vulgarisation de cette richesse floristique.  Une zone dédié à la fabrication du compost; une citerne de récupération d’eau; un local technique pour la confection de confitures, liqueurs à partir des fruits du jardin afin valoriser le savoir faire local et découvrir des goûts nouveaux ou d’antan.

En partie basse du site, un espace ouvert, engazonné, sert à des activités ludiques et pédagogiques autour de la faune et flore observés. Une maison  en bois  avec véranda est le site d’accueil du public : établissements scolaires, centres aérés, maison de la Jeunesse et de la culture, centres sociaux, touristes. A terme, elle devrait abriter des panneaux pédagogiques, de la documentation (livres, cartes), des fiches sur la faune et la flore et les applications pratiques.

C’est un support pédagogique et d’éducation à l’environnement. Les objectifs sont multiples :

♣-Faire découvrir une partie de la richesse patrimoniale de la Guadeloupe, à travers l’observation des plantes médicinales, aromatiques, fruitières, vivrières du jardin.

♣ Faire prendre conscience du cycle de vie du monde végétal et du cycle des saisons (saison sèche, saison des pluies) à travers des exemples concrets : cycle végétal des plantes, leur rôle et leur place dans notre alimentation. Aborder la saisonnalité des plantes, fruits et légumes (ex : les tomates, mangues,) et l’impact du non-respect de cette saisonnalité dans l’alimentation et sur l’environnement.

♣ Montrer le rôle des insectes pollinisateurs dans le maintien de la biodiversité, et les services écologiques essentiels qu’ils rendent; l’importance de l’équilibre naturel et les liens entre cultures, auxiliaires, ravageurs (insecte, escargot, rat), maladies.

♣ Informer sur les différents types d’agriculture : biologique, conventionnelle, intégrée et sur le rôle des engrais et des pesticides et les risques qui y sont liés.

♣ Aborder la gestion de l’eau et les économies d’eau à travers son utilisation dans le jardin (récupération de l’eau de pluie, paillage).

♣ Aborder la gestion des déchets à travers le compostage des déchets végétaux issus du jardin.

♣ Faire connaître des espèces végétales, des légumes anciens, des goûts nouveaux aux enfants (goûter des légumes crus…) ; inciter et donner envie aux enfants de manger des légumes et des fruits.

Par le biais d’animations scolaires tout au long de l’année, on peut éduquer les enfants à l’environnement à travers une activité pratique et ludique, les initier à une démarche pédagogique, ainsi qu’à un travail collectif. Ce qui leur donnent une autre image de l’enseignement théorique. En effet, le jardin est source d’une nouvelle approche d’activités, facilite l’autonomie, occasionne un approfondissement des connaissances (recherche à la bibliothèque, internet, échanges avec les autres), développe la notion du travail en commun pour un même objectif (travaux pratiques, évaluation, le travail en équipe) ainsi que le plaisir de la mission accomplie.

Ce jardin est un moteur pour la préservation de la biodiversité et l’éducation à l’environnent. Il permet d’approcher le domaine scientifique par l’observation. Il donne envie d’être acteur de son environnement quotidien, de modifier son attitude de consommateur, d’approcher une nouvelle forme d’art culinaire à partir de produits locaux. Il peut être un lieu de partage et de socialisation.

Donc échanger et travailler avec l’ensemble des acteurs concernés par la préservation de la biodiversité : collectivités, mairies, associations, entreprises, éducation nationale sont les  principales priorités.

Pour une meilleure sensibilisation du public, on souhaite disposer de subventions, d’aides, pour :
– réaliser de panneaux pédagogiques et des plaquettes sur les plantes et la faune du jardin.
– abriter des expositions qui font découvrir la richesse de notre biodiversité insulaire
– installer des nichoirs pour les insectes et des dispositifs pour permettre l’installation d’une faune auxiliaire.
– Oeuvrer pour la réalisation d’un platelage bois sur pilotis, qui relierait la zone marécageuse, depuis le collège de Belle Plaine jusqu’au  jardin, afin que l’on découvre la biodiversité de la zone humide marécageuse avec sa flore   et faune. spécialisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *